Les Actus Péchavy Energie

Les tensions géopolitiques dopent les cours du pétrole

27 Juin 2018

Les cours du pétrole continuaient à grimper en Asie mercredi après l'avertissement de Washington demandant aux autres pays de cesser d'importer du brut iranien d'ici novembre s'ils veulent éviter les sanctions américaines.

Le président américa...

Les cours du pétrole continuaient à grimper en Asie mercredi après l'avertissement de Washington demandant aux autres pays de cesser d'importer du brut iranien d'ici novembre s'ils veulent éviter les sanctions américaines.

Le président américain Donald Trump a annoncé le 8 mai son retrait de l'accord international de 2015 censé empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique, qu'il juge trop laxiste. Il a rétabli, à cette occasion, toutes
les sanctions américaines levées dans le cadre de cet accord.

Les cours du pétrole s'envolent du fait des appels lancé par l'administration américaine à ses alliés pour qu'ils réduisent à zéro les importations iraniennes. Washington a demandé à d'autres pays de l'aider à faire pression sur l'Iran en arrêtant leurs importations, y compris les pays de l'Union européenne et des gros clients de Téhéran comme l'Inde, le Japon et la Chine.

L'Inde importe de vastes quantités de brut iranien mais ce pays a laissé entendre qu'il se plierait aux exigences de Washington.

Pékin cependant, ne s'est pas engagé à arrêter d'acheter du pétrole iranien et les tensions commerciales croissantes avec les Etats-Unis rendent plus improbable une telle perspective.


Les cours sont également soutenus par des problèmes au Canada, où l'exploitation de la mine de sables bitumineux Syncrude a été interrompue en raison d'une panne électrique, et où aucune date de redémarrage n'a encore été fixée.

Problèmes également en Libye: l'homme fort de l'est du pays Khalifa Haftar a annoncé que toutes les installations pétrolières sous le contrôle de son "armée" seraient remises à la Compagnie du pétrole du gouvernement parallèle basé dans l'est.

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu internationalement, a appelé mardi le Conseil de sécurité des Nations unies à bloquer "toute tentative de vente illégale de pétrole".

De plus, la fédération privée American Petroleum Institute a estimé que les stocks de brut américain avaient reculé de 9,228 millions de barils dans la semaine achevée le 22 juin, bien au-delà des prévisions des analystes.

Stabilité des cours du pétrole

12 Juin 2018

Les cours du pétrole ont stagné à Londres et avancé à New York lundi dans un marché focalisé sur la production venue de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, à l'approche d'une réunion du cartel.

Moscou, qui mène avec l'Arabie saoudite...

Les cours du pétrole ont stagné à Londres et avancé à New York lundi dans un marché focalisé sur la production venue de l'Opep et de ses partenaires, dont la Russie, à l'approche d'une réunion du cartel.

Moscou, qui mène avec l'Arabie saoudite un groupe de pays qui limitent volontairement leur production depuis début 2017, aurait modéré ses efforts en produisant 11,09 millions de barils par jour sur la première semaine de juin, a rapporté l'agence russe Interfax.

C'est au-dessus de l'objectif de production quotidienne pour la Russie, établi à 10,95 millions de barils par jour selon l'accord passé entre l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, alors qu'une réunion sur le sujet aura lieu vendredi 22 juin à Vienne.

Après cette nouvelle, le ministre irakien du Pétrole Jabbar al-Louaïbi a déploré dans un communiqué que des producteurs membres ou non de l'Opep n'ont pas respecté les objectifs fixés (...) et le prix du pétrole n'a pas
atteint le niveau souhaité.

Selon les chiffres publiés vendredi par la société américaine Baker Hughes, le nombre hebdomadaire de puits de pétrole actifs aux Etats-Unis, qui donne une indication de la production américaine de brut à venir, a
augmenté à 862 unités, le plus haut niveau depuis 2015.


La production de brut dépasse chaque semaine des records, les Etats-Unis ayant extrait en moyenne 10,80 millions de barils par jour (mb/j), selon les dernières statistiques de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) publiées la semaine dernière.

La Russie et les Etats-Unis sont deux des trois plus grands producteurs mondiaux, avec l'Arabie saoudite.