Les Actus Péchavy Energie

Actus Marché 01/09/2015

01 Septembre 2015

Pour la 3ème séance de suite, les cours du pétrole ont fortement augmenté lundi, achevant contre toute attente le mois sur une hausse grâce à des informations indiquant que l'Opep envisagerait de discuter des cours avec les autres pays producteurs...

Pour la 3ème séance de suite, les cours du pétrole ont fortement augmenté lundi, achevant contre toute attente le mois sur une hausse grâce à des informations indiquant que l'Opep envisagerait de discuter des cours avec les autres pays producteurs.


Hier, la séance avait ouvert en baisse, expliquée notamment par des prises de bénéfices, mais les cours du WTI ont basculé dans le vert avec la nouvelle estimation du ministère américain de l'Energie américain sur la production des Etats-Unis en juin, révisée en baisse de 130.000 barils par jour, à 9,3 mbj, représentant une baisse de 100.000 b/j par rapport à mai.


L'Opep, comme toujours, va continuer à faire tout ce qu'elle peut pour créer le climat qui convienne permettant au marché du pétrole d'arriver à l'équilibre avec des prix justes et raisonnables.

L'Organisation se dit prête à parler à d'autres producteurs, tout en protégeant ses propres intérêts, car ses membres, en tant que pays en développement dont les économies reposent largement sur cette seule ressource, peuvent mal se permettre de faire autrement.


 

Le marché de Londres  ce matin ouvre en forte hausse : +16.5€

Nos prix FOD devraient être : de +20€  à +22€  sur prix de base de la veille matin Zone Nord

                                                de +20€  à +22€  sur prix de base de la veille Autres Zones

Actus Marché 28/07/2015

28 Juillet 2015

Depuis le début du mois de juillet, les prix du pétrole suivent une nette tendance baissière, avec une baisse de 20% en quatre semaines. La raison : une augmentation de l’offre d’or noir et des doutes sur la demande. Le déséquilibre pourrait s’acc...

Depuis le début du mois de juillet, les prix du pétrole suivent une nette tendance baissière, avec une baisse de 20% en quatre semaines. La raison : une augmentation de l’offre d’or noir et des doutes sur la demande. Le déséquilibre pourrait s’accentuer, explique Aurel BGC.

Le pétrole rebondit légèrement ce mardi, mais les prix de l’or noir restent proches de leur plus bas niveau de l’année. À 47 dollars pour le WTI américain, et 52-53 dollars pour le Brent européen, rarement le principal hydrocarbure n’a été aussi bon marché au cours de ces dernières années.

Pétrole de schiste américain en pleine expansion

Et pour cause : les exploitations de pétrole de schiste continuent de se développer à grande vitesse aux Etats-Unis. L’offre de pétrole à l’échelle internationale augmente ainsi inlassablement.

« Le nombre de puits en activité aux Etats-Unis ont augmenté de 21 la semaine dernière, hausse la plus marquée en un an. Finalement, l'offre pourrait être révisée à la hausse et la demande à la baisse… la correction des cours du pétrole pourrait encore se poursuivre à court terme », estime Aurel BGC ce mardi dans une note de marché.

À ceci s’ajoutent les effets de la récente levée des sanctions économiques contre l’Iran, qui pourra désormais de nouveau exporter sa production d’or noir à l’international.

Doutes sur la croissance dans les principales régions du monde

Côté demande, les perspectives ont plutôt tendance à être révisées à la baisse. En cause : une croissance économique qui reste poussive en Europe (le FMI rappelait ce matin qu’en zone euro, « un effort collectif s’impose pour une croissance durable »), ce à quoi s’ajoute surtout un relatif tassement de la croissance aux Etats-Unis et en Chine.

La Chine garde une croissance de 7% environ, mais les récentes interrogations sur le ralentissement de l’industrie chinoise, sans parler du krach boursier national, laisse penser que le chiffre pourrait se révéler inférieur aux estimations. Celles-ci restent par ailleurs légèrement floues du fait de leur contrôle par les autorités nationales.

Les interrogations sur la Chine n’ont pas que des répercutions sur les prix du pétrole : l’impact se voit sur un large panel de matières premières, dont l’économie chinoise est très consommatrice. La tendance baissière de l’or est un exemple notable à ce sujet.

En somme, « les matières premières sont délaissées : l'indice Thomson Reuters CRB s'est replié de 1,2% sur la séance d'hier, au plus bas depuis 6 ans, avec les prix du pétrole qui ont perdu encore 2% », souligne ainsi Aurel BGC en évoquant des variations enregistrées au cours de la séance de lundi.