Les Actus Péchavy Energie

Info marchés

03 Juin 2015

Les cours du pétrole baissaient mercredi en Asie, des craintes se faisant jour quant à un relèvement du quota de production de l'Opep qui accentuerait le déséquilibre entre l'offre et la demande mondiales de brut.

 

E...

Les cours du pétrole baissaient mercredi en Asie, des craintes se faisant jour quant à un relèvement du quota de production de l'Opep qui accentuerait le déséquilibre entre l'offre et la demande mondiales de brut.

 

Evolution  en €/m3  

  FOD

  GO

 LIEUX

 Zone Nord

 +1.7  +1.7  SES-WAGRAM-RIEDISHEIM- VN-EPM

 Zone Ouest

 +1.9  +1.6  BASSENS

 Zone Sud

 -2.0  +1.4  TOULOUSE

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en juillet perdait 35 cents, à 60,91 dollars, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison à même échéance cédant 27 cents, à 65,22 dollars.

Les cours avaient bondi mardi sous l'effet d'une baisse du dollar qui rend plus attractif les achats de pétrole libellés dans cette monnaie. Les fondamentaux, eux, n'ont pas changé et le marché reste extrêmement prudent s'agissant de l'orientation des prix. Le département américain de l'Energie devait publier ce mercredi les derniers états hebdomadaires des réserves d'or noir aux Etats-Unis lors de la semaine achevée le 29 mai. Selon Bloomberg News, les stocks américains devraient avoir diminué de 2,5 millions de barils après une baisse de 2,8 millions la semaine précédente. Ces réserves n'en demeurent pas moins à des niveaux très élevés et la production américaine de brut est un motif d'inquiétude pour le marché alors qu'elle s'est encore appréciée de 304.000 barils par jour, à 9,57 millions, la semaine dernière, relève Daniel Ang chez Phillip Futures.

L'autre grande dominante de la semaine sera la réunion de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), vendredi à Vienne.La majorité des observateurs s'attend à ce que le cartel conserve sa stratégie actuelle d'offre abondante, afin de protéger ses parts de marchés. En s'abstenant à l'automne dernier d'abaisser son plafond de production, l'Opep a contribué à la chute des cours, qui ont perdu plus de la moitié de leur valeur entre juin 2014 et janvier 2015, avant de rebondir un peu au printemps.

Si le consensus anticipe un statu quo, des analystes de Barclays n'excluent pas une hausse de la production du cartel, dominé par l'Arabie saoudite. L'Opep, qui pompe 40% du brut mondial, a extrait 31,58 millions de barils par jour en mai, dépassant son plafond de 30 millions pour le 12ème mois consécutif, selon des données collectées par Bloomberg News.
 

Actu Marchés 24.12.2014 et bonnes fêtes

24 Décembre 2014

Le marché du petrole s'oriente à la hausse depuis le début de semaine. A New York: Les cours du pétrole ont rebondi mardi, dans un marché plutôt incertain qui a profité de bons chiffres sur le produit intérieur brut (PIB) américain pour s'orienter...

Le marché du petrole s'oriente à la hausse depuis le début de semaine. A New York: Les cours du pétrole ont rebondi mardi, dans un marché plutôt incertain qui a profité de bons chiffres sur le produit intérieur brut (PIB) américain pour s'orienter dans le vert.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février a pris 1,86 dollar sur le New York Mercantile Exchange (Nymex) pour s'établir à 57,12 dollars.
Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février a terminé à 61,69 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 1,58 dollar par rapport à la clôture de lundi.

Depuis plusieurs séances, le prix du baril de brut enchaîne des journées de nettes hausses et mardi, au lendemain d'un fort déclin, il a poursuivi cette évolution incertaine en se redressant après une franche révision à la hausse du PIB américain pour le troisième trimestre, témoignant d'une croissance de 5%.

Le PIB américain a certainement apporté un peu de soutien au marché, en laissant espérer une hausse de la demande, a jugé John Kilduff d'Again Capital, mais la hausse est surtout due à des investisseurs qui misent sur un rebond technique, alors que les cours ont déjà beaucoup baissé lors des dernières semaines. Après les bons chiffres sur l'économie, et vu que des investisseurs parient sur un rebond à court terme des cours, on pourrait assister à une hausse au-dessus des 60 dollars, probablement pas aujourd'hui, mais à plus long terme, a également commenté Bob Yawger de Mizuho Securities.

Cette hausse est elle durable ou le contre choc pétrolier va se poursuivre début 2015 ?

La chute du baril de brut, qui a perdu près de la moitié de sa valeur depuis la mi-juin, s'est accentuée après la décision en novembre de l'Organisation des pays exportateurs de Pétrole (Opep) de ne pas réduire son plafond de production lors de la dernière réunion du cartel.

Il n'est pas dans l'intérêt des producteurs de l'Opep de réduire leur production, quel que soit le prix (...). Que ça descende à 20, 40, 50 ou 60 dollars, il n'est pas pertinent de réduire l'offre, a encore déclaré Ali al-Nouaïmi, le ministre saoudien du Pétrole. dans un entretien à la revue spécialisée Middle East Economic Survey (MEES), publié lundi.

Nous sommes dans une période d'accalmie du marché, il n'y a aucun mouvement significatif à attendre au cours des 10 voire 15 prochains jours, précisait M. Dembik à l'AFP.
 

L'ensemble des équipes du Groupe PECHAVY vous souhaite d'excellentes fêtes de fin d'année.