Les Actus Péchavy Energie

Actu Marchés 19.12.2014

19 Décembre 2014

Singapour: Le pétrole rebondissait vendredi en Asie au lendemain d'un nouvel effondrement qui devrait se répéter au moins jusqu'à la fin de l'année, selon les analystes.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier pre...

Singapour: Le pétrole rebondissait vendredi en Asie au lendemain d'un nouvel effondrement qui devrait se répéter au moins jusqu'à la fin de l'année, selon les analystes.

Le prix du baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier prenait 63 cents, à 54,74 dollars, tandis que le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février s'appréciait de 16 cents à 59,43 dollars.

Tant que l'équation faible demande mondiale/excédent de l'offre n'est pas résolue, nous continuerons à voir ce genre de volatilité, estimait Daniel Ang, analyste chez Phillip Futures. Il y a deux camps sur le marché en ce moment: Certains pensent que les prix peuvent poursuivre leur chute, d'autres qu'ils vont monter au-dessus des 50 dollars.
Les cours de l'or noir ont perdu environ 50% depuis la mi-juin, grevés par l'abondance de l'offre, le renforcement du dollar et la faiblesse de la demande dans un contexte de ralentissement de l'économie internationale.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), dont est membre Ryad, a décidé fin novembre de garder son plafond de production à 30 millions de barils par jour (mbj), ce qui a largement contribué à la baisse des cours. Le ministre saoudien du Pétrole, Ali al-Nouaïmi, a encore affirmé jeudi qu'il était impossible pour son pays, chef de file de l'Opep, de réduire sa production de brut, et a jugé que les fluctuations des cours sur les marchés des matières premières, dont le pétrole, (étaient) normales.

Une des conséquences de cette forte baisse est la remise en cause de certains projets, par exemple le géant américain Chevron a décidé de suspendre un projet de plateforme pétrolière en eaux profondes dans l'Arctique canadien en raison de la récente chute des cours du baril de brut, a-t-on appris jeudi.

Actu Marchés 11.12.2014

11 Décembre 2014

Les cours du pétrole coté à New York comme à Londres ont plongé à leur plus bas niveau en cinq ans hier, plombés par l'abaissement par l'Opep de ses perspectives de demande mondiale et la hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis. Le carte...

Les cours du pétrole coté à New York comme à Londres ont plongé à leur plus bas niveau en cinq ans hier, plombés par l'abaissement par l'Opep de ses perspectives de demande mondiale et la hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis. Le cartel de douze pays, qui pompe environ un tiers du brut mondial, prévoit désormais une hausse de la demande de 1.12 million de barils par jour en 2015, à 92.26 millions de barils par jour, contre une augmentation de 1.19 mbj jusqu'à présent. L'Opep a également réduit ses estimations de demande pour sa propre production à 28.9 mbj, tout en réaffirmant son désir de maintenir son quota de production à 30 millions de barils par jour.

 Parallèlement de récents commentaires du ministre saoudien du pétrole, suggèrent que l'Arabie saoudite n'a pas besoin de réduire sa production, ce qui soulève de sérieuses questions sur la capacité du cartel à rééquilibrer le marché.

 La chute des cours depuis la mi-juin, a été renforcée par une hausse surprise des stocks de brut aux Etats-Unis qui, selon des chiffres publiés par le Département américain de l'Energie, ont progressé de 1.5 million de barils lors de la semaine achevée et ce malgré une nette accélération de la cadence des raffineries. Les réserves de produits distillés et d'essence ont, elles, progressé respectivement de 5.6 millions de barils et 8.2 millions de barils, signe d'une consommation à la peine...