Les Actus Péchavy Energie

Le pétrole se stabilise

09 Juin 2017

Les cours du pétrole étaient stables vendredi en Asie, les investisseurs étant tiraillés entre un bond inattendu de stocks de brut américain et l'annonce de la chute de la production américaine d'or noir.

Le ministère américain de l'Energie a ...

Les cours du pétrole étaient stables vendredi en Asie, les investisseurs étant tiraillés entre un bond inattendu de stocks de brut américain et l'annonce de la chute de la production américaine d'or noir.

Le ministère américain de l'Energie a annoncé mercredi une progression hebdomadaire de 3,3 millions de barils des réserves commerciales de brut alors que les analystes avaient parié sur une baisse. Toute augmentation des stocks est un indicateur d'un affaiblissement de la demande chez le plus gros consommateur de brut mondial.

Parallèlement, les cours ont été secourus par l'annonce que la production américaine avait décru de 24.000 barils par jour pendant la semaine précédente. Les cours ont évolué dans une fourchette étroite, en raison des effets contradictoires de la hausse des stocks américains et du déclin de la production américaine.

Les marchés s'inquiètent de la possibilité que la hausse des stocks de brut américains n'annule les effets de la limitation de la production décidée par l'Opep et ses alliés.


L'Opep a prolongé le 25 mai son accord de baisse de production jusqu'en mars 2018. Mais cette décision
est jugée pas assez ambitieuse par les marchés. Le baril a depuis perdu plus de 11% de sa valeur.

Le pétrole baisse nettement face à de mauvais signes sur l'offre.

16 Mars 2017

Depuis le début de l'année, les membres de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et d'autres pays comme la Russie appliquent les quotas de production afin de rééquilibrer le marché souffrant d'un excès de brut face à une demande r...

Depuis le début de l'année, les membres de l'OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) et d'autres pays comme la Russie appliquent les quotas de production afin de rééquilibrer le marché souffrant d'un excès de brut face à une demande ralentie, mais les compagnies américaines, qui ne sont pas tenues par ces accords en ont profité pour faire repartir leur production.

La production américaine continue de grimper et dépasse désormais les 9 millions de barils par jour, dopé par un regain des extractions de pétrole de schiste. Le nombre de puits de forage en activité a augmenté pour la 8ème semaine consécutive, selon un décompte hebdomadaire publié ce vendredi 10 mars par le groupe Baker Hughes et qui est utilisé comme un indicateur avancé de la production. 

Une partie des efforts de réduction de l'offre de l'OPEP pour faire remonter les cours est, de ce fait, d'ores et déjà anéantie.

Le pessimisme s'installe donc quant à l'efficacité de cet accord sur le niveau de l'offre. Certains acteurs, comme Rosneft (compagnie pétrolière Russe) a d'ores et déjà annoncé que l'accord ne serait pas renouvelé à cause de la hausse de la production américaine.
L'Arabie Saoudite, quant à elle, ne veut plus supporter à elle seule, le poids de la baisse de la production.

Le prix du baril du Brut a perdu plus de 8% de sa valeur et se situe aux alentours de 50 $/baril après plusieurs mois de hausses consécutives.

L'objectif de l'OPEP à 60 $ le baril semble bien compromis.